CONTACT IMMOBILIER RESIDER A MONACO
Grand Prix de Monaco

Grand Prix de Monaco

Le Grand Prix de Monaco : cette course à part

 

Le Grand Prix de Monaco est une course à part dans le monde de la Formule 1. A part puisque, comme quelques rares autres, elle se déroule en ville, mais à part aussi en vue de son parcours et du cadre idyllique dans laquelle elle a lieu.

 

C’est Anthony Nogues qui, dès 1929, conçut ce tracé monégasque pour faire reconnaître l’Automobile Club de Monaco sur la scène internationale, bien appuyé par le prince Louis II.

 

 

 

Un tracé étonnant

 

Son tracé est lui-même à part, les routes exiguës, le tunnel et l’épingle qui le précède, les chicanes du port et de la piscine, les virages de la Rascasse, de Sainte-Dévote et du Casino, un circuit de 3,337 km à parcourir 78 fois, pour un total de 260,286 km.

 

Le public est souvent aux fenêtres des immeubles pour profiter du spectacle. Un spectacle qui a souvent été de taille, compte tenu des difficultés de course. Peu de zones de dépassement possibles, mais les risques pris poussent souvent à la faute et, pour peu que la météo s’avère capricieuse, on peut arriver à des situations très incongrues comme ce fut le cas en 1966 avec seulement 4 voitures à l’arrivée ou, plus près de nous, en 1996, avec la victoire d’Olivier Panis devant… deux seuls autres concurrents. Car les abandons, les sorties de route et les accrochages peuvent parfois être nombreux.

 

C’est souvent à un numéro d’équilibriste que doivent s’adonner les pilotes et, à ce petit jeu, il n’est donc pas étonnant que le recordman de victoire ne soit autre que le regretté Ayrton Senna, avec 6 victoires, tour juste devant Graham Hill et Michael Schumacher. Pour les pilotes actuels, Nico Rosberg en est à 3 victoires, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel et Fernando Alonso à 2.

 

 

 

Des vitesses inouïes

 

Quant aux vitesses, pour en avoir quelques idées, il suffit de voir que le vainqueur de l’édition 2017, Sebastian Vettel, sur Ferrari, a parcouru ce Grand Prix de Monaco en 1 h 44 mn et 44 s, soit une vitesse moyenne de 149,105 km/h. Encore plus impressionnant, cette même année, le recordman du tour, Sergio Perez, sur Force India, l’a fait à une vitesse moyenne de 160,561 km/h, durant la course, à quelques dixièmes du record de Michael Schumacher. Quant à la Pôle position de Kimi Raikkonen, sur Ferrari également, elle a été obtenue à 166,439 km/h. Inutile d’essayer de les égaler !